Archives par catégories: Arts textiles

La fabrication artisanale du papier

Tout commence par des matières brutes. Du coton, du lin, collectés auprès de fabricants ou de transformateurs de textiles (des entreprises qui font des draps, des vêtements, et qui savent exactement ce que contiennent les fibres qu’ils utilisent). Avant, ce travail était celui des chiffonniers, qui faisaient le tour des arrières-boutiques pour récupérer la moindre retaille de tissu. L’acquisition de cette matières est désormais très compliquée, en raison des fibres synthétiques qui sont souvent mélangées aux fibres naturelles, et qui empêchent l’utilisation de ces tissus dans la fabrication du papier.

0 commentaires
Publier un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

    Les corsages

    Cette enquête vestimentaire a quelque chose de très concret, mais également – bien sûr – de très romanesque. Dans le texte sur lequel je travaille présentement, qui s’intitule provisoirement «Peau de Sang» (autrefois, La plumeuse ou La Sauvagine), le conte de Peau d’âne (Perrault) joue un rôle prépondérant. Les vêtements y sont à la fois révélateurs des caractères et tromperies enfilées les unes par-dessus les autres.

    0 commentaires
    Publier un commentaire

    Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

      IMPRIMER le coton à fromage

      Aux Îles-de-la-Madeleine, j’ai fait la rencontre de Paul Livernois, l’ancien propriétaire de ma presse à imprimer. Contrairement aux typographes, voire aux graveurs, Paul, en tant qu’artiste en arts visuels, s’est généralement servi de l’étape de l’impression comme d’un point de départ plutôt qu’un point d’arrivée. Ceux qui cherchent à créer des oeuvres sérielles désirent généralement que chaque exemplaire soit en tout point identique aux autres. Paul, au contraire, imprimait tout et rien, puis il utilisait cette impression comme point de départ à son oeuvre, en la complétant avec de l’encre et de la peinture à l’huile. Dans les prochains mois, je partagerai plus en détail son travail avec vous.

      0 commentaires
      Publier un commentaire

      Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

        Modeler la trame

        À mesure que je modèle la trame de mes créations textiles, j’écris dans ma tête, je construis des mondes qui se superposent les uns aux autres, qui se chevauchent et c’est de la friction de toutes ces couches de vie – mon imaginaire, ma maison, le dessin, la peinture, la couture, le tricot, le jardinage, mes animaux, mon amour, tous mes enfants nés d’autres ventres – que naissent les livres et la fiction.

        2 commentaires
        Publier un commentaire

        Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

        • Louis Fugère10 janvier 2021 - 9h29

          J’aime bien méditaction. Le geste d’écrire dans un cahier avec une encre qui coule d’un stylo que guide la main, elle-même prolongement d’une pensée, d’une réflexion. Le geste d’écrire avec le corps comme un sculpteur artisan ou un ébéniste transforme la matière en une forme qui parle d’elle-même.RépondreAnnuler

          • awilhelmy10 janvier 2021 - 19h08

            J’ai reçu ce mot comme un cadeau qui illustre tellement bien la paix que génère le tangible, le mouvement! Vous avez parfaitement raison.RépondreAnnuler