Archives par catégories: Carnet

Explorations pigmentaires

Ce matin, pour calmer la frénésie d’une semaine haute en émotion, je suis descendue dans l’Atelier des Presses du Bûcher pour explorer la teinture des papiers. Lors de l’impression de gravure en taille-douce, les papiers doivent toujours être mouillés. Je me suis donc demandé si certains pigments qui se trouvaient déjà dans ma maison pouvaient servir à vieillir le papier et lui donner une texture et une coloration particulières.

1 commentaire
Publier un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

Les corsages

Cette enquête vestimentaire a quelque chose de très concret, mais également – bien sûr – de très romanesque. Dans le texte sur lequel je travaille présentement, qui s’intitule provisoirement «Peau de Sang» (autrefois, La plumeuse ou La Sauvagine), le conte de Peau d’âne (Perrault) joue un rôle prépondérant. Les vêtements y sont à la fois révélateurs des caractères et tromperies enfilées les unes par-dessus les autres.

0 commentaires
Publier un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

    IMPRIMER le coton à fromage

    Aux Îles-de-la-Madeleine, j’ai fait la rencontre de Paul Livernois, l’ancien propriétaire de ma presse à imprimer. Contrairement aux typographes, voire aux graveurs, Paul, en tant qu’artiste en arts visuels, s’est généralement servi de l’étape de l’impression comme d’un point de départ plutôt qu’un point d’arrivée. Ceux qui cherchent à créer des oeuvres sérielles désirent généralement que chaque exemplaire soit en tout point identique aux autres. Paul, au contraire, imprimait tout et rien, puis il utilisait cette impression comme point de départ à son oeuvre, en la complétant avec de l’encre et de la peinture à l’huile. Dans les prochains mois, je partagerai plus en détail son travail avec vous.

    0 commentaires
    Publier un commentaire

    Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

      La soupe aux méduses

      ‘est la première fois que je parviens à observer de manière si claire la manière qu’a mon cerveau d’absorber le réel, de m’en imprégner, puis de l’oublier avant qu’il resurgisse sur une tout autre forme. Je savais déjà que la fiction nait en moi d’un contact biaisé avec le réel, mais je n’avais pas réussi à l’observer de manière si tangible, si concrète.

      0 commentaires
      Publier un commentaire

      Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

        L’onomastique

        Il arrive cependant que je sois ma principale adversaire et que, devant le plateau de jeu, je bloque sur un élément simultanément essentiel et dérisoire, et que l’ensemble de l’écriture en soit désorganisée. Des aspects du texte m’échappent à moi-même et il me faut alors trouver des stratégies afin de contourner les barrières dressées par mon propre cerveau. Ces derniers mois, l’une des résistances que je rencontre concerne l’onomastique, et plus spécifiquement le nom de ma protagoniste.

        0 commentaires
        Publier un commentaire

        Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

          Comment on apprend

          De toute évidence, ma pensée se déploie en projets. Après, ce n’est jamais grave si ledit projet ne porte pas fruit, là n’est pas l’enjeu. C’est l’importance d’une «destination» qui émane de ces observations: évidence, je dois avoir une vision dirigée dans ma tête, sentir que j’avance vers quelque part.

          0 commentaires
          Publier un commentaire

          Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

            Un an de sauvagine

            Il y a un an jour pour jour, le 16 mai 2020, je déménageais dans ma précieuse Sauvagine, achetée trois mois plus tôt grâce un alignement d’étoiles assez étonnant qui m’a amenée, quelques semaines avant le premier confinement, à planifier mon départ de la ville, juste avant que les prix de vente explosent et que...

            0 commentaires
            Publier un commentaire

            Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *