Archives par catégories: Illustration

IMPRIMER le coton à fromage

Aux Îles-de-la-Madeleine, j’ai fait la rencontre de Paul Livernois, l’ancien propriétaire de ma presse à imprimer. Contrairement aux typographes, voire aux graveurs, Paul, en tant qu’artiste en arts visuels, s’est généralement servi de l’étape de l’impression comme d’un point de départ plutôt qu’un point d’arrivée. Ceux qui cherchent à créer des oeuvres sérielles désirent généralement que chaque exemplaire soit en tout point identique aux autres. Paul, au contraire, imprimait tout et rien, puis il utilisait cette impression comme point de départ à son oeuvre, en la complétant avec de l’encre et de la peinture à l’huile. Dans les prochains mois, je partagerai plus en détail son travail avec vous.

0 commentaires
Publier un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

    Linogravure: un accéléré de l’apprentissage en art

    J’avais envie de partager avec vous cette progression d’une version à l’autre car je trouve qu’elle illustre bien le processus de création littéraire également. On apprend et évolue en explorant, en acceptant de recommencer, de se tromper de chemin en attendant de trouver le bon. Il n’y a pas de pas perdus.

    1 commentaire
    Publier un commentaire

    Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

    • Mirita Rodríguez7 novembre 2021 - 7h46

      Être insatisfait est propre à l’artiste.  Le résultat satisfaisant est accessible à quelques-uns,  mais le bonheur de l’oeuvre achevée est un privilège qui vous appartient. Alléluia!RépondreAnnuler

    Le grand écart

    Au coeur de ces deux projets: l’apprentissage de nouvelles techniques, de nouveaux procédés. Imprimer sur des presses de plus de 100 ans, fabriquer son propre papier, sculpter des dessins dans le linoléum, filmer en stabilisant l’image, enregistrer des pistes audio suffisamment claires pour créer des capsules de qualité: je dois comprendre et maîtriser des langages aux antipodes les uns des autres. Le très mécanique et archaïque d’un côté, le très numérique de l’autre. 

    0 commentaires
    Publier un commentaire

    Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

      Femmes-jardins: première linogravure

      Ma formation à l’Atelier du Silence se poursuit, et d’une machine à l’autre, je deviens de plus en plus autonome (sans l’être pleinement encore, dois-je admettre). Vendredi dernier, j’ai travaillé à ma première impression de linogravure. Pendant les trois semaines précédentes, je m’étais refamiliarisée avec le médium et j’avais sculpté ma première plaque. L’objectif de la séance de cette semaine, c’était d’en faire un petit tirage, en y intégrant également du texte afin de voir de quelle manière les lignes de plomb et les gravures s’agencent et embossent le papier de manière différente.

      0 commentaires
      Publier un commentaire

      Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

        L’Atelier du Silence

        Retrouver cette matérialité du texte, penser les mots dans le rapport très concret qu’ils entretiennent avec les matières – le plomb, le laiton, le papier, les encres, le bois –, en observer les machines et la mécanique, l’ingénierie, permet de ressentir l’écriture d’une manière différente, toute en textures et en sensations.

        2 commentaires
        Publier un commentaire

        Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *

        • […] pas ici, mais j’ai ensuite composé la ligne de plomb exactement comme je l’ai expliqué il y a trois semaines. La presse a été montée avec les aimants, et d’autres tirages tests ont été crées pour […]RépondreAnnuler

        • Pierre Grégoire23 septembre 2021 - 16h11

          Merveilleuse époque de l’art typographique. 
          Toute cette préoccupation à créer un document qui soit le plus agréable et lisible possible. 
          avec comme objectif de maintenir l’intérêt et le plaisir du lecteur.

          Ce plaisir disparu, victime de la médias sociaux où seule la vitesse de composition importe.RépondreAnnuler

        Lecture: Des souris et des hommes, version illustrée

        Alors quand j’ai vu la splendide version que Dautremer a illustrée du classique Des souris et des hommes, j’ai été renversée. Publié par la maison Alto, le livre regorge d’illustrations plus épatantes les unes que les autres. La palette de couleurs, dans les tons de rouge brûlé, principalement, sert efficacement l’intrigue et génère une tension opportune en regard de l’histoire. L’alternance entre les esquisses, les illustrations pleine page, les portraits… tout est magnifique, bien dosé et pertinent dans ce livre.

        0 commentaires
        Publier un commentaire

        Votre courriel ne sera jamais partagé ou dévoilé. Remplir les champs obligatoires *